Histoire de la Gendarmerie vaudoise

Un conflit entre les fédéralistes et les unitaires plonge la Suisse dans une guerre civile. Bonaparte, alors Premier Consul, ne voit pas d’un bon oeil cette guerre aux portes de sa frontière est. Il déclarera notamment «La nature a fait votre Etat fédératif; vouloir la vaincre ne peut être d’un homme sage. Les principes à appliquer doivent assurer l’égalité des droits de vos dix-huit cantons; une renonciation sincère et volontaire aux privilèges de la part des classes patriciennes; une organisation fédérative où chaque canton se trouve organisé suivant sa langue, sa religion, ses moeurs, son intérêt, son opinion».

Lors d’une séance solennelle tenue aux Tuileries, le 19 février 1803 (30 pluviôse, an XI), Bonaparte impose l’Acte de Médiation..Ce texte, approuvé par les représentants helvétiques, ramène la paix et restaure le fédéralisme en Suisse, tout en maintenant notre pays sous l’influence de la France. La Suisse devra, entre autres, fournir 16000 hommes à l’armée française. Dans le même temps, les émissaires vaudois, sous l’impulsion d’Henri Monod, ont pu défendre et obtenir la souveraineté du canton de Vaud, dont la première constitution figure au chapitre XVII de l’Acte de Médiation.

Sur proposition du Petit Conseil, le Grand Conseil décrète par la Loi du 4 juin 1803, la création d’un « Corps de gendarmerie à pied ».

La révolution française (1789) et l’époque des lumières ont fortement modifié le concept des Droits de l’Homme. Les Vaudois s’insurgent donc contre le despotisme bernois, aidé en cela par la rupture de l’équilibre politique et militaire de la France et de l’Autriche. Poussés également par diverses personnalités de l’époque, les Vaudois réagissent et jettent les bases d’un état, la République Lémanique.

Mais ce premier état démocratique ne dure guère face à la création d’une Suisse dotée d’un pouvoir central. Une guerre civile voit le jour entre les unitaires et les fédéralistes. La Suisse connaît alors une période anarchique. Pour des raisons militaires et politiques, Napoléon impose un acte de médiation (19 février 1803). Bien que cet acte soit en fait une nouvelle constitution mettant la Suisse sous influence française, il ramène la paix dans notre pays et marque le retour du fédéralisme. Au cours de cette période, certains Vaudois ont défendu avec vigueur leur souveraineté et une égalité de droit entre les cantons.

Henri Monod prend la tête de la Commission provisoire, laquelle dote le nouveau pays d’institutions démocratiques, bien que censitaires. Cette Commission organise l’élection du premier Grand Conseil (législatif) qui siège la première fois le 14 avril 1803 et la mise en place du Petit Conseil (exécutif). Dès ce moment, les Autorités effectuent un travail législatif important.

Le 4 juin 1803, le gouvernement crée, par une loi, le premier Corps de 100 gendarmes à pied, constitué principalement de Vaudois ayant combattu dans les armées napoléoniennes. Cette démarche est importante dès lors, qu’elle entérine l’indépendance, garanti la démocratie et tire un trait sur une justice féodale utilisée par les Baillis bernois.

Pour notre canton, Bonaparte a voulu assurer l’ordre intérieur et légaliser ainsi la création de notre Corps, comme le prouve l’article 8 de la première Constitution vaudoise inscrite dans l’Acte de Médiation, qui dit en substance, « le Petit Conseil dispose d’une force armée pour le maintien de l’ordre public ». Par la suite, l’administration et les missions de la Gendarmerie ont été fixées par des lois et des règlements en la subordonnant à une autorité civile.

Cette loi sur la Gendarmerie a dû provoquer plusieurs débats au Grand Conseil. En effet, le 1er juin 1803, cette même autorité adoptait une Loi sur les vagabonds et gens sans aveu, qui, dans ses articles 4, 5 et 7, donnait mandat aux gendarmes d’arrêter ces chemineaux pour les conduire devant le juge de paix.

Si le 4 juin a été retenu pour la création de la Gendarmerie vaudoise, l’application de la loi n’est intervenue que le 22 juillet 1803, lors des premiers recrutements.

Dès lors, l’histoire de notre Corps peut commencer…

Musée de la Gendarmerie

Musée de la Gendarmerie

Personnages historiques

Personnages historiques

Grades

Grades

Voitures Volvo

Voiture Volvo

Résumé historique

1803 - 1899

19.02.1803 L'Acte de médiation donne au canton de Vaud sa 1ère constitution. Dans celle-ci le Gouvernement dispose d'une force armée pour le maintien de l'ordre public.
04.06.1803 Le Grand Conseil adopte le projet de loi sur la création d'une compagnie de 100 gendarmes à pied
13.10.1803 Les 100 gendarmes officiers et sous-officiers compris sont recrutés
03.12.1804 Loi ordonnant l'augmentation du Corps de la Gendarmerie à 125 hommes
08.06.1809 Loi sur l'organisation de la Gendarmerie (augmentation de l'effectif à 150 hommes)
26.11.1836 Décret sur les modifications de l'uniforme Institution des grenades sur les retroussis
28.12.1839 Arrêté sur les indemnités des gendarmes
06.12.1856 Décret augmentant le traitement et la solde de la Gendarmerie
15.05.1877 Création de la police de sûreté
02.10.1888 Arrêté concernant l'organisation d'une caisse de retraite à l'usage des veuves et orphelins des membres du Corps de la gendarmerie
30.09.1890 Surveillance de la frontière n'est plus exécutée par la Gendarmerie diminution de l'effectif à 165 hommes

1900 - 1999

12.07.1917 Arrêté accordant aux veuves de gendarmes un supplément de pension de 200 fr. à titre d'allocation pour enchérissement de la vie pour l'année 1917
23.10.1917 Arrêté fixant le traitement annuel maximum des officiers de la Gendarmerie
23.10.1917 Arrêté fixant la solde annuelle des sous-officiers de la Gendarmerie
08.12.1917 Arrêté accordant des allocations, pour enchérissement de la vie aux anciens membres de la Gendarmerie, retraités antérieurement au 10.09.1917
Oct. 1926 Apparition des premiers conducteurs de chien
Eté 1930 Création des Brigades de circulation
Eté 1936 Création d'une gendarmerie à cheval entité supprimée en 1946
18.12.1940 Modifiant la loi sur l'organisation du Conseil d'Etat en vue de la création d'un Corps de police cantonale (entrée en vigueur le 01.01.1941)
26.05.1943 Loi sur l'organisation de la Police cantonale
06.04.1948 Règlement concernant les soins dentaires aux fonctionnaires de la Police cantonale
Oct. 1953 Création de la Brigade scolaire
04.08.1962 Création de la Brigade du Lac, à Ouchy
27.05.1963 1ère brigade autoroutière sur l'axe Genève - Lausanne
Mars 1975 Installation de la Gendarmerie dans le nouveau bâtiment CB1
1976 Mise sur pied des 1er GI (groupes d'intervention)
1982 Création des premiers CEH (Chef engagement hélicoptère)
16.07.1987 Circulaire N° 25 sur la modification de l'uniforme de 1988 à 1990 (nouvelle casquette, blouson en cuir, tunique sans ceinturon)
1988 Création des groupes judiciaires
1991 Réalisation du bâtiment CB 2
23.03.1995 Règlement fixant les fais dus pour certaines interventions de la Police cantonale
1995 Opération "Orchidée" dont le but est de trouver des économies dans tous les services de l'Etat, qui obligera la Gendarmerie à diminuer son budget de 9% et supprimera 3 écoles de gendarmerie.
10.10.1995 Retrait des bottes et pantalons de circulation
01.03.1997 Apparition des premiers gérants de la sécurité
1998 Réalisation du bâtiment CB 3
1998 Engagement des premières femmes gendarmes
Dès. 1998 Création d'un Groupe transferts dans le nouveau bâtiment de la Police cantonale
04.01.1999 Mise en place de "Structures 1999"

2000 -

2003 Les gendarmes des groupes judiciaires intègrent les rangs de la police de sûreté
04.06.2003 Célébration du Bicentenaire de la Gendarmerie vaudoise
04.06.2004 Sortie du Livre "Je le promets" célébrant deux cents ans d'histoire du Corps
08.06.2006 Ordre de service interne du Chef DSE, concernant l'habillement, l'équipement et l'armement de la Gendarmerie vaudoise (nouvel uniforme)
01.06.2006 Ouverture du Musée de la gendarmerie vaudoise
04.06.2007 Création du nouveau site Web de l'AHGV
01.04.2008 Anniversaire des 10 ans des femmes gendarmes
26/27.09.2009 Votation cantonale sur la "Police unique" - projet refusé
29.09.2009 Inauguration de la stèle honorant les Gendarmes vaudois tombés en service